Histoire

Mitsuyo Maéda, né au Japon en 1879, pratiqua d’abord le ju-jitsu de l’école Tenshin-shinyo-ryu en 1896, avant d’entrer au Kodokan (école de judo de Jigoro Kano créée en 1882) en 1897. En 1904, alors 4e dan de judo, il partit aux États-Unis d’Amérique, avec Tsunéjiro Tomita, pour faire la démonstration de cette nouvelle discipline en affrontant des lutteurs. Il effectua un premier séjour au Brésil en 1907, puis en 1914 (à Belem), et participa à l’établissement de la colonie japonaise au Brésil en 1920. Au cours de ces séjours au Brésil, il participa à des combats de lutte libre (vale-tudo) pour montrer la supériorité du Kodokan (école de judo ju-jitsu japonais) et pour gagner un peu d’argent. Il fut alors surnommé « Conde Koma » ou le « comte des combats ».

Durant cette période, il fut aidé par Gastao Gracie, descendant d’une famille écossaise. En remerciement, il enseigna l’art du combat à son fils, Carlos Gracie, qui l’enseigna à son tour à ses frères, Oswaldo, Gastao Jr, George Jr (Gastao et Cesalina Gracie avaient huit fils). Devenu leader du clan Gracie, le jeune élève Carlos qui était attiré par le combat réel modifia rapidement les techniques apprises par le comte Koma pour l’adapter à la réalité brésilienne. Carlos Gracie commença à tester lui-même ses techniques en lançant lui aussi des défis. Carlos Gracie avait la réputation de combattre n’importe qui, sans distinction de taille ou de poids. Il demeura invaincu et devint une légende au Brésil.

Helio Gracie était un autre frère de Carlos, mais le médecin lui avait déconseillé de pratiquer, en raison de sa santé fragile et il se contentait donc de regarder et d’écouter l’enseignement de son frère. À l’âge de 16 ans, il remplaça Carlos lors d’un cours, en se servant de ce qu’il avait mémorisé. Il commença ainsi la pratique du ju-jitsu, mais repensa le ju-jitsu traditionnel avec l’esprit brésilien et adapta les mouvement à sa propre physionomie, étant de petit gabarit (1m60, 64kg). Il developpa notamment le concept de levier et créa ainsi un art martial propre, qui reste jeune par rapport à son ancêtre japonais millénaire.

Aujourd’hui, des Académies de jiu-jitsu brésilien se sont créées un peu partout, chaque membre de la famille Gracie dirigeant sa propre académie (ou presque), même si le nombre de pratiquants reste restreint en Europe.

Technique

Contrairement à la majorité des arts martiaux, qui privilégient le combat debout, pieds et poings, le ju-jitsu brésilien se focalise sur les principes d’efficacité et le combat au sol, il ne privilégie pas forcément les projections pour le combat debout (si ce n’est pour les frappes pieds ou poings). La raison à cela est que ceux qui ont développé cet art sont partis du principe que tout combat réel opposant deux adversaires se termine irrémédiablement au sol.

Ce principe s’avère d’autant plus juste si l’un des deux adversaires a fait le choix de combattre au sol. En effet on peut toujours forcer un adversaire à aller au sol, alors qu’en revanche on ne peut jamais obliger l’autre à combattre debout.

Des lors, la victoire dans un combat réel (opposant deux adversaires seulement) passe par une maîtrise des techniques de combat au sol. Il en résulte une place moins importante laissée en matière de projections ou de techniques de frappe du jiu-jitsu brésilien par rapport aux autres arts martiaux.

Ainsi de nombreux jiu-jitsukas affrontent lors de combats libres , des lutteurs, des boxeurs ou des karatekas dans le cadre de compétition internationnale (Pride, UltimateFightingChampionship), et s’imposent comme les meilleurs combattants : Même si les jiu-jitsukas se font amener au sol, et se retrouvent à combattre dos au sol, il s’agit d’une position (dans la garde) intéressante en pur jiu-jitsu brésilien qu’il faut savoir maîtriser en combat libre.

Tout comme au sambo, les pratiquants du jiu-jitsu brésilien pratiquent le combat au sol total. Ils ont a leur disposition tout un arsenal de clés de bras (épaule, coude, poignet), de clés de jambe (genou, cheville, pied), de clés de cou, et d’étranglements. Le jiu-jitsu brésilien représente une spécialisation du combat au sol, avec la redécouverte de nouvelles positions caractéristiques comme la garde (où dos au sol, on enserre la taille de l’adversaire entre ses jambes), qui permet de se protéger des techniques de soumission, tout en étant capable d’en délivrer.

Le jiu-jitsu brésilien et son application en vale tudo (combat libre en portugais) se sont révélés particulièrement efficaces lors de la création en 1993 des Ultimate Fighting Championships ou UFC qui virent la victoire de Royce Gracie sur les plus grands maîtres d’arts martiaux des États-Unis, ou encore Rickson Gracie considéré par beaucoup comme le meilleur combattant que la terre ai portée, car invaincu en plus de 400 combats sans règles.